Recherche

Angélus: l’homme n'appartient à aucun César

Dans sa catéchèse délivrée place Saint-Pierre dimanche 22 octobre, le Souverain pontife nous appelle à être des citoyens responsables tout en n’appartenant qu’à Dieu. François s'appuie sur l’Évangile du jour selon Matthieu (Mt 22, 17), centré sur la parabole «Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu» (v. 21).

Vatican news 

Malgré la pluie, de nombreux fidèles et pélerins étaient rassemblés place Saint-Pierre pour assister à l'angélus du Pape François de ce dimanche 22 octobre. Le Souverain pontife y a expliqué le sens de la parabole de Jésus aux pharisiens, lorsque ces derniers lui demandent s’il est permis ou non de payer l’impôt à César (cf Mt 22,17).

«Il s’agit d’une tromperie» détaille le Saint-Père. «Si Jésus légitime l’impôt, il se range du côté d’un pouvoir politique mal soutenu par le peuple, alors que s’il dit de ne pas payer, il peut être accusé de rebellion contre l’empire». Jésus leur montre alors une pièce de monnaie portant l’image de César, et leur dit «Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu».  

Relation entre l’Église et l’État

«Ces paroles de Jésus sont devenues courantes, mais elles ont parfois été utilisées de manière incorrecte» déplore François. Les interprétations liées à la relation entre l’Église et l’État ont tendance à souligner une séparation voulue par Jésus entre César et Dieu, soit entre «le terrestre et le spirituel» selon le Pape. «Il nous arrive aussi de penser ainsi: la foi avec ses pratiques est une chose et la vie quotidienne en est une autre». Une pensée que réfute le Saint-Père: «C'est de la schizophrénie, comme si la foi n'avait rien à voir avec la vie concrète, avec les défis de la société, avec la justice sociale, avec la politique, etc.».

Être des citoyens responsables

«En réalité, Jésus veut nous aider à remettre César et Dieu à leur juste place. À César - c'est-à-dire à la politique, aux institutions civiles, aux processus sociaux et économiques - revient le soin de l'ordre terrestre; et nous, qui sommes immergés dans cette réalité, nous devons rendre à la société ce qu'elle nous offre par notre contribution de citoyens responsables» détaille l’évêque de Rome, notamment en «payant honnêtement nos impôts » et «en nous eng